RÉCENT SOCIETE

UNIKIN : impacts des ressources naturelles de la RDC pour le développement durable du pays au cœur de la 4ème édition du Forum Géosciences

La 4ème édition du Forum Géosciences a démarré mardi 24 juillet 2018 à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), dans la salle de promotion Mgr Luc Gillon. Pendant deux jours, du 24 au 25 les participants échangent autour du thème « les ressources naturelles de la RD Congo : Quels impacts pour le développement durable du pays ? Au premier jour de ce forum, plusieurs interventions sur différents sous-thèmes.

Georges Bokondo, représentant de la société civile et le premier intervenant de ce forum a exposé sur « la contribution de la société civile sur le nouveau Code Minier ». Selon lui, à la différence de la loi de 2002, la loi de 2018 est participative dans le sens où toutes les parties, les politiques, les opérateurs miniers et la société civile ont contribué pour l’élaboration et l’adoption de cette dernière. Et dans cette loi, il y a beaucoup de dispositions qui sont venues de la société civile.

En prenant la parole, David Pata de SODEICO a, à son tour parlé de « l’aperçu des sous-traitants sur le nouveaux Code Minier ». « Chez nous, la sous-traitance c’est l’utilisation de l’homme par l’homme », dit-il. Et d’ajouter : « or, la sous-traitance ce n’est pas ça, ce n’est pas une réalité congolaise, elle est internationale. Elle vient renforcer les entreprises existantes dans un domaine précis ». Diamanta Fifi Mukeba, représentante de Kibali Goldmines s’est appesantie sur la « viabilité de l’industrie aurifère en RDC face au nouveau Code Minier ».

Pour elle, l’industrie minière joue un rôle important dans le développement d’un pays. « L’exploitation est la première étape dans cette industrie. Nous avons donc voulu montrer ce que Randgold fait. Nous avons aussi parcouru un peu les travaux qui sont faits au niveau de Kibali Goldmines, ainsi que quelques travaux que nous faisons en dehors de Kibali Gold, dans le Nord-est de la République Démocratique du Congo.

Le professeur Kasongo a exposé sur « la problématique de transfert d’une quantité d’eau de la rivière Oubangi à la station de Palambo vers le lac Tchad ». Le professeur N’zau quand lui, a parlé de la « quantification des ressources en eau et usages actuels dans le bassin du Congo ».

Le président du Club Géosciences, organisateur de ce forum s’est réjoui de la tenue de cette activité à l’Université de Kinshasa, il a souligné que cette 4ème édition a pour objectif de mettre au cœur de l’Université, les questions relatives aux ressources humaines.  « Nous avons un nouveau Code Minier et aussi la problématique du transfert des eaux du fleuve Congo.

Toute fois, ces questions demandent la réflexion des scientifiques, étudiants, des opérateurs miniers etc. afin de ressortir des propositions participatives pour une gestion durable des ressources », a soutenu Deogratias Utima, président du Club Géosciences. Le Club Géosciences est une association du département des Sciences de l’UNIKIN créé en 1993 pour soutenir la formation des étudiants à travers des campagnes de terrain.

Jean-Hilaire Shotsha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *