previous arrow
next arrow
Slider

Elections en RDC: A quand l’unique candidat de l’opposition ?

Au départ, c’est l’UNC qui appelait tous les partis de l’opposition à l’unité pour choisir un candidat président commun aux élections présidentielles du 23 décembre 2018. Peu après, cette initiative est devenue très soutenue par les têtes d’affiches des partis et regroupements politique de l’opposition comme l’UDPS, MLC, Ecidé, et Ensemble.

Alors que la date limite du dépôt des candidatures s’approche, aucun compromis n’a toujours été trouvé entre les favoris candidats de l’opposition. Bien que certains leaders de apprécient l’idée en mettant en avant leurs partis, d’autres parmi eux n’ont jamais soutenu ceux qui, au départ se montrent être à l’écart du champ. Pour sa part, Vital Kamerhe, même si son parti porte le choix en sa personne, lors de son appel à l’unité pour choisir le représentant de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018, il n’avait jamais mis son nom en avant pour dire qu’il peut être choisi ou qu’il est parmi les candidats favoris. Il a toujours évoqué l’idée selon laquelle le candidat de l’opposition devra être choisi selon les critères qui seront adoptés par tous ces leaders réunis ou selon les compétences.

Cependant, à l’UDPS, certains cadres avaient déclaré qu’il y ait rencontre de tous les leaders de l’opposition ou pas, leur candidat président de la République est et sera toujours Félix Tshisekedi, le fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi.

A l’annonce de l’acquittement de Jean-Pierre Bemba de la CPI, le MLC avait également organisé son congrès pour choisir le candidat président de la république aux prochaines élections. Ce qui a un peu changé les idées des militants de l’opposition qui, pendant ce temps, soutenaient Félix Tshisekedi, et qui, certains changent de position vue la libération provisoire de Bemba. Ce dernier avait annoncé son arrivée en RDC dès le début du mois d’Août pour poser sa candidature avec comme mission principale de rétablir la paix à travers le pays dès qu’il sera élu président de la République le 23 décembre 2018.

Du côté de la majorité présidentielle, Alain Atundu a déclaré que Bemba n’a pas le droit de se présenter à la présidentielle parce qu’il a été condamné pour subornation des témoins. Alors que la CPI n’a encore rendu son dernier verdict sur cette affaire. Au moment où Bemba est attendu par ses militants et son parti, les proches de Katumbi, eux aussi annoncent son retour avant le 8 août en République démocratique du Congo. Le retour au pays de ces deux leaders de l’opposition font déjà partis des grandes lignes d’actualités dans les médias nationaux et internationaux.

Constat déjà fait, à l’opposition personne ne fait confiance à personne sur le probable candidat commun de l’opposition. L’UDPS soutient Félix Tshisekedi, l’UNC maintient Kamerhe, Ensemble pour Katumbi qui serait déjà en Afrique du Sud, le MLC pour Bemba qui a annoncé sa candidature depuis l’étranger où il se trouve actuellement et Fayulu de l’Ecidé ne jure que sur lui même comme candidat au poste de président de la République. Ou pourra-t-on dire que l’opposition a également peur de présenter son candidat vu que du côté de la majorité présidentielle, le candidat n’est pas encore connu. Seule la CENI mettra au vu du public dans les prochains tous les candidats qui seront retenus pour les élections de décembre de l’année encours.

Il reste à ces leaders de se consulter pour trouver un compromis afin d’avoir un candidat unique. Sinon tout le monde n’a qu’à se mettre à la course.

Dieumerci Matondo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *