previous arrow
next arrow
Slider

RDC: Suspendu de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, Mike Mukebayi n’est pas invalidé

Après traitement des requêtes sur les invalidations des députés, la Cour Constitutionnelle a définitivement tranché et Mike Mukebayi garde son siège mais reste suspendu pour une durée de 12 mois.  

Sa suspension a été annoncé dans une plénière pour outrage au président de l’Assemble provinciale de Kinshasa, Godé Mpoy. C’est avec un  sentiment de satisfaction qu’il a reçu cette nouvelle selon laquelle son poste lui revient toujours. Au cours d’une interview qu’il a accordée à Infordc, il a signifié qu’il  n’est jamais  tard pour bien faire les choses.  « La cour s’est égaré, maintenant, les juges ont montré une certaine élégance dans cette situation dans la manière de faire des choses. On ne construit jamais une nation sur l’injustice, la justice élève une nation. Le peuple congolais à beaucoup souffert des égalités, le moment est venu que tout cela cesse», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le député Mike Mukebayi estime que « l’ensemble de l’architecture nationale mérite des reformes surtout l’appareil judiciaire Congolais. Il y a bon nombre de choses qui doivent changer dans ce pays.  Lamuka va pousser par des manifestations et revendication pour obliger ceux qui sont aux affaires à bien faire les choses ».

Il a également évoqué le dossier qui l’oppose avec à l’assemblée provinciale de Kinshasa. Pour lui, il s’agit de l’acharnement. «  Mes avocats sont entrés de  travailler sur ce dossier, il reste juste des petits réglages, et j’ose croire  que la semaine prochaine nous allons déjà déposer une plainte à la cour d’appel de Kinshasa Gombe», a-t-il annoncé.

Dans cette affaire l’honorable Mukebayi est déterminé d’aller en justice avec le bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.  Selon  lui,  il ya beaucoup d’irrégularités dans la décision qui le sanctionne. « Dans mon recours je  signifie que ce procès verbal n’existait pas encore. Pour qu’un procès verbal  ne soit, il faut qu’il soit adopté à la prochaine séance de l’Assemblée. Nous avons connu la plénière du 31 mai, et j’ai été sanctionné le 3 juin 2019. Pendant cette période, il n’y avait pas eu une nouvelle plénière.», a-t-il signifié.

C’est une histoire qui va certainement prendre d’autres allures dans des jours avenir.

 

Kereph Nete

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *