ACTUALITÉ DERNIÈRES NOUVELLES POLITIQUE

RDC: Michel Okongo invite le chef de l’État de réinsérer les éléments de FAZ dans l’armée loyale

La situation politique, sociale ainsi que sécuritaire de la République démocratique du Congo est extrêmement grave, et elle risque de dégénérer d’avantage. Dans une déclaration rendue publique lundi 19 Août, le président de l’unité des Valeurs Miche Okongo invite le Chef de l’État Félix Tshisekedi à réintégrer dans les FARDC tous les éléments qui appartiennent aux forces armées Zaïroises (FAZ).

Le développement et la stabilité d’un pays dépendent de la capacité de son armée et de ses services de sécurité à assurer sa sécurité et à défendre l’intégrité territoriale en temps de paix et en cas de menace.

Ayant compris cette notion, la République démocratique du Congo postcoloniale avait envoyé en formation, les éléments de nos forces armées dans les meilleures académies militaires à travers la planète pour en faire l’élite, notamment aux Etats- Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Chine, en Corée du Sud, en Israël, en Allemagne, en Italie, en Egypte, entre autres. Il en était de même pour nos Services de sécurités civils et militaires ainsi que de la Gendarmerie nationale.

Dans des années 1975, les forces armées étaient composées entre autres, de 14 bataillons d’infanterie ; de 7 bataillons de garde ; de 7 bataillons de parachutistes ; un régiment de véhicules blindés et un bataillon d’infanterie mécanisée, une brigade aéroportée. Des années plus tard, d’autres unités se sont ajoutées pour faire de nos Forces armées un outil redoutable de dissuasion et de défense.

Cependant, l’arrivée de l’AFDL au pouvoir en 1997, la vie des éléments des ex-FAZ et celle des éléments de services de sécurité civils et militaires, entre autres, ont été mises en danger par des militaires originaires du Rwanda emmenés par Laurent Désiré KABILA qui avaient pris entièrement le contrôle de l’appareil militaire et sécuritaire congolais ; souillé tous les sites stratégiques que compte et donné la mort à l’élite de l’armée ainsi qu’aux éléments de nos forces de sécurité, a-t-il fait savoir.

Les rescapés de cette épuration séjournent par milliers depuis plusieurs années. En dehors des frontières dans l’attente de réintégrer dans les Forces armées de la république dans sa nouvelle configuration. les FARDC qui regorgent également à son sein, des géants malheureusement étouffés par le pouvoir d’occupation au service du Rwanda de Paul KAGAME.

Selon Miche Okongo, En vertu des droits qui sont conférés par la Constitution de la RDC du 18 février 2006, notamment en son article 5 faisant de l’ensemble du peuple congolais le propriétaire absolu de la Souveraineté nationale de qui émane le pouvoir, et faisant usage de l’article 27 de la même Constitution, l’unité des valeurs invite le commandant suprême de la république Félix Tshisekedi à la réintégration des éléments ayant appartenu a l’armée anciennement appelée ’’Forces armées Zaïroise » dans la nouvelle configuration des forces loyal de la RDC.

Selon lui, la réintégration au sein de l’ANR et la DEMIAP de tous les éléments ayant fait partie de ces deux organes de sécurité;
d’ordonner l’intégration dans le corps de la Police nationale congolaise de tous les éléments ayant fait partie de la Gendarmerie nationale.

 

Kereph Nete

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *