ACTUALITÉ DERNIÈRES NOUVELLES SOCIETE

Sud-Kivu : 18 miliciens des groupes Ethiopie et Yakutumba se rendent à l’armée

Une première vague de combattants s’est rendue aux Forces armes de la RDC (FARDC) du secteur opérationnel SOKOLA 2 au Sud du Sud-Kivu. Ce lot est composé de seize miliciens du groupe armé Ethiopie et de deux de la milice Yakutumba. L’armée les a présentés jeudi 2 janvier aux membres du conseil urbain de sécurité et aux médias d’Uvira.

Selon l’armée, il s’agit des miliciens qui opéraient entre le territoire de Kabambare, dans la province du Maniema et le territoire de Fizi, au Sud de la province du Sud-Kivu. Ces miliciens se sont rendus avec neuf armes Ak 47 et des munitions.

Mango Mouhamed, leader du groupe Ethiopie s’est présenté avec une dizaine de combattants aux FARDC. Ce groupe armé opérait dans les plateaux de Lwama, au village Kalunga Mukabo, dans le secteur de Babuyu.

D’après le porte-parole de l’armée au Sud-Kivu, Le capitaine Dieudonné Kasereka, cette reddition fait suite à l’appel du chef de l’Etat et commandant suprême de l’armée demandant à tous les groupes armés de déposer les armes et de se rendre en vue de garantir la paix.

« Ce sont les autorités qui vont décider de la procédure à suivre. Ceux qui vont continuer avec l’armée, ils seront certainement envoyés au centre. Et ceux qui ne vont pas continuer avec l’armée, ils seront mis à la disposition du CNR qui est chargé de la démobilisation et de réinsertione », a expliqué le capitaine Kasereka.

Devant le commandant adjoint du secteur opérationnel Sokola 2, le général de brigade Joseph Banza, le maire de la ville d’Uvira a salué l’acte pose par ces miliciens.

« S’il n’y a pas de pardon, il n’y a pas de paix. À un certain moment, il faut savoir pardonner pour reconstituer maintenant la paix et la sécurité. Celui qui va se rendre aujourd’hui pendant cette période de pardon il n’y aura de poursuite judiciaire par rapport à toutes les exactions qu’il a commise dans la brousse », a assuré le maire de la ville, Kiza Muhato.

L’armée interpelle les groupes armés locaux d’Uvira et de Fizi-Itombwe d’emboiter les pas du groupe Ethiopie. Quatre généraux de l’armée se trouvent présentement à Minembwe pour sensibiliser les groupes armés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *