ACTUALITÉ EN COURS ENJEU

RDC: Un groupe de « faux » dépendants des militaires et policiers dans les rues de Kinshasa- (COMMUNIQUÉ du FEEMIP)

Dans une correspondance parvenue à la rédaction d’infordc.net le mardi 14 janvier dans la soirée, la présidente nationale des Familles, Enfants et Epouses des Militaires et Policiers (FEEMIP), Pauliane Budjamabe condamne la marche d’un groupe d’individus non autrement identifiés se faisant passer pour des familles des militaires et policiers de la RDC à Kinshasa.

Pauliane BUDJAMABE considère que les organisateurs de cette marche ne sont pas des vrais dépendants des militaires ou policiers mais plutôt des inciviques qui profitent de l’ouverture d’esprit du Président de la République Félix TSHISEKEDI pour salir l’image de nos vaillants parents car il est strictement inconcevable qu’un enfant ou epouse d’un militaire ou policiers se soulevent contre la décision de ses propres parents.

«C’est un sabotage à l’égard du communiqué de l’Etat Major Général des FARDC y compris celui de la Police Nationale Congolaise demandant aux dépendants des militaires et policiers à ne pas se mêler d’une marche quelconque ayant un caractère de revendication sociale. Elles estiment que le premier gouvernement sous le président Félix TSHISEKEDI n’a pas encore totalisé 1 an dans ses actions.

Le communiqué indique que certaines actions enregistrées à l’égard des militaires et policiers sont positives.

La présidente de la FEEMIP qualifie d’illégale cette marche et pense que cela prouve le manque de collaboration de la part de toute autorité politique ayant soutenu cette démarche.

Pour elle, le président de la République ne pouvait pas saluer une activité qui a été contestée avec force par ses propres organes et surtout qu’il est chef suprême des armées.
C’est ainsi qu elle se pose la question de savoir si le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi travaille-t-il contre l’armée et la police ?
De ce qui précède,
elle demande au président de la République de ne pas ouvrir la porte dans des choses qui peuvent tourner demain contre lui-même.

Pauliane Budjamabe dit regretter d’avoir appris que le Président de la République Félix Tshisekedi va recevoir les organisateurs de cette marche.

Elle demande ainsi à l’État-major général et le comissariat général de la police de passer à l’identification des inciviques pour prevenir le danger avenir. Car estime-t-elle, si les hommes peuvent facilement défier la loi dans un État de droit, c’est la preuve de la remise en question du fonctionnement du pays.

Orman BOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *